Impression 3D utilisant de la résine et de la lumière

Des scientifiques affirment que le nouveau processus d’impression 3D en résine est 30 fois plus rapide

Des scientifiques de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse ont fait la démonstration d’une nouvelle technologie d’impression 3D d’une rapidité impressionnante. La démonstration a utilisé une résine photodurcissable et des faisceaux lumineux croisés ciblés pour solidifier des zones de résine précisément choisies. Lors de leurs tests, les scientifiques ont découvert qu’ils pouvaient produire un échantillon de figurine 30 fois plus rapidement que les techniques d’impression 3D additives conventionnelles.

Cette méthode d’impression 3D, utilisant la lumière pour durcir des zones sélectives de résine, a été conçue pour la première fois à l’EPFL il y a environ cinq ans. Il a fallu tout ce temps aux scientifiques pour affiner le processus et être confiants dans leur réussite, se vantant que leur imprimante 3D est « l’une des plus rapides au monde ».

Les aficionados de l’impression 3D connaissent le fonctionnement de la fabrication additive traditionnelle. C’est naturellement un processus assez lent, construisant un objet couche par couche, avec des temps de séchage/prise impliqués, ce qui freine l’accélération du processus au-delà de certaines limites.

L’imprimante 3D de l’EPFL se caractérise par l’utilisation d’une méthode volumétrique pour former des objets. En termes simples, une quantité de résine est versée dans un récipient en verre et centrifugée. Lorsque le volume tourne, les faisceaux lumineux croisent les zones cibles du volume de liquide, qui deviennent alors dures. Les scientifiques affirment qu’il s’agit « d’une méthode très précise et peut produire des objets à la même résolution que les techniques d’impression 3D existantes ». L’une des caractéristiques les plus attrayantes de ce processus nouvellement raffiné est que ses développeurs l’ont rendu extrêmement rapide.

En regardant les chiffres bruts, la vitesse est en effet impressionnante. La petite figurine Yoda que vous voyez ci-dessus a été créée en utilisant de la résine opaque en seulement 20 secondes. Le même fichier imprimé à l’aide d’une imprimante 3D additive traditionnelle a pris 10 minutes. L’imprimante 3D résine/lumière a fourni une vitesse d’impression multipliée par 30. N’oubliez pas que la qualité et les détails des deux méthodes d’impression concurrentes sont comparables.

Dans les travaux précédents menant à ce communiqué de presse, les scientifiques ont souvent utilisé une résine transparente claire. Cependant, ils ont utilisé cette fois-ci une résine opaque, qui, selon eux, était auparavant hors des limites des techniques d’impression 3D à durcissement à la lumière en raison de la perte de résolution. Pourtant, leur technique de durcissement du faisceau lumineux à focalisation croisée a bien fonctionné, en maintenant la finesse de la structure de sortie.

Ci-dessus : vidéo de démonstration précédente utilisant de la résine transparente

L’attrait de la résine opaque particulière utilisée dans ces derniers tests est qu’elle est utilisée pour fabriquer des objets biomédicaux. Il est flexible et sera d’une grande utilité pour imprimer rapidement en 3D des matériaux biologiques, tels que des artères artificielles.

C’est un travail impressionnant jusqu’à présent, mais les scientifiques prévoient de permettre l’impression 3D de plusieurs objets à la fois et de continuer à améliorer la résolution de la sortie.

Si vous êtes intéressé par l’impression 3D, Le matériel de Tom met régulièrement à jour plusieurs guides ; nous gardons un œil sur les meilleures offres d’imprimantes 3D et partageons nos avis sur les meilleures imprimantes 3D en résine dans différentes catégories.

Lire aussi  Anker lance une imprimante 3D rapide avec contrôle de caméra AI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.