ANYCUBIC Kobra Plus 3D...

FlashForge Artemis Review: Cube Style Plug and Play Par Denise Bertacchi publié le 30 janvier 23 Artemis de FlashForge est une imprimante 3D colorée de style cube pour les débutants qui facilite la prise en main et la transmission d’impressions via Wi-Fi.

La FlashForge Artemis est une imprimante 3D facile à utiliser pour les débutants, les étudiants et tous ceux qui souhaitent une expérience d’impression sans soucis. Il s’agit d’une imprimante à cadre ouvert avec un entraînement direct et une plaque de construction sur l’axe Z qui offre un mouvement stable pour des impressions plus fluides.

L’Artemis est principalement plug and play. Il est livré entièrement assemblé et est d’une facilité rafraîchissante à installer. Je l’ai eu déballé et imprimé en 20 minutes. Il est livré avec un pack de démarrage généreux qui comprenait deux bobines complètes de filament et une plaque de construction PEI améliorée que vous pouvez installer lorsque vous en avez assez d’écailler les impressions sur la plaque de verre d’usine.

L’Artemis dispose également d’une connexion Wi-Fi intégrée et d’un trancheur sur mesure facile à comprendre. Au prix de 499 $, il est conçu pour rivaliser avec les meilleures imprimantes 3D pour débutants et il offre de belles impressions, mais il est également cher, a un petit volume de construction et nécessite un nivellement manuel du lit.

Spécifications : FlashForge Artémis

Balayez pour faire défiler horizontalement
Volume de construction 190 x 195 x 200 mm (7,5 x 7,7 x 7,9 pouces)
Matériel PLA/TPU (jusqu’à 260 degrés)
Type d’extrudeuse Bowden Entraînement direct
Buse .4mm MK8 .4mm (propriétaire à haut débit)
Plate-forme de construction Tôle d’acier à ressort texturée PEI et verre enduit, chauffé
Mise à niveau du lit Manuel assisté
Capteur de fin de filament Oui
Connectivité Clé USB, Wi-Fi
Interface Écran tactile couleur
Empreinte machine 406 x 416 x 469 mm, (16 x 16,4 x 18,5 pouces)
Poids de la machine 10 KG (22 lb)

FlashForge Artemis : inclus dans la boîte

(Crédit image : matériel de Tom)

Le FlashForge Artemis est livré avec tout ce dont vous avez besoin pour configurer votre imprimante, ainsi que quelques pièces supplémentaires. Vous obtenez des outils pour entretenir l’imprimante, 3 buses de rechange, un bâton de colle, un outil de suppression d’impression et un disque flash USB. Vous obtenez également une feuille flexible enduite de PEI avec un aimant arrière collant que vous pouvez installer et deux bobines de filament de taille normale.

Le disque flash USB contient des modèles de test, un manuel PDF et le logiciel de découpage FlashPrint. Un guide de démarrage rapide papier contient des instructions pour faire fonctionner l’imprimante.

Conception de la FlashForge Artemis

(Crédit image : matériel de Tom)

La FlashForge Artemis est une imprimante 3D à cadre ouvert de style cube avec une plaque de construction montée en Z qui se déplace de haut en bas pendant que vous imprimez. La plupart des imprimantes cartésiennes, comme l’Ender 3 S1 Pro, ont le lit monté sur l’axe Y où il est soumis à un mouvement de va-et-vient rapide. Ce style de machine est plus compact que le lanceur de lit typique et produit des impressions plus lisses grâce à sa plaque de construction qui se déplace doucement vers le haut.

Lire aussi  Mingda Magician Pro Review : Plus de lit, plus de magie Par Denise Bertacchi publié le 12 août 22 Mingda's Magician Pro est une imprimante facile à utiliser avec un volume de construction massif.

Notre unité de test avait un boîtier en plastique orange vif, mais vous avez également le choix entre le bleu royal. Le grand écran tactile est très réactif avec des boutons largement espacés et des options de menu faciles à lire. Je n’aime pas le porte-bobine monté à l’arrière, ce qui rend le changement de bobines quelque peu difficile. Cependant, l’entraînement direct facile à charger compense cette difficulté.

Le site Web FlashForge indique qu’Artemis peut atteindre des vitesses de 180 mm/s et bien qu’il soit livré avec une buse à haut débit, le ventilateur de refroidissement n’est pas à la hauteur de la tâche. J’ai pu obtenir d’excellentes performances de la machine à 80 mm/s (un peu plus rapide que les 50 à 60 mm/s que nous obtenons des imprimantes standard), mais le pousser plus vite est au mieux discutable.

L’Artemis a une taille étrange de buse à haut débit que vous devrez acheter directement auprès de FlashForge. L’imprimante est livrée avec trois pièces de rechange, cela devrait donc prendre un certain temps avant que vous n’ayez besoin d’en commander davantage. Malheureusement, au moment de cet examen, les buses pour l’Artemis ne sont pas répertoriées sur le site Web de FlashForge.

Curieusement, l’Artemis est livré avec deux surfaces de construction – une plaque de verre installée en usine et une plaque flexible PEI séparée avec un aimant à ajouter vous-même. Une illustration plutôt trompeuse sur le site Web de FlashForge donne l’impression que les plaques de construction vont s’empiler, mais ce n’était pas le cas. Le verre est maintenu en place avec des supports à l’arrière et des loquets à l’avant qui maintiennent fermement la plaque. Il n’y a pas de place pour l’épaisseur supplémentaire de l’aimant. Une fois que vous avez choisi d’installer la plaque flexible, il n’y a pas de retour en arrière – pas sans ciseler le support adhésif de l’aimant. Personnellement, je suis d’accord avec cela, car la plaque flexible est supérieure à mon avis.

Les fichiers peuvent être déplacés via une clé USB ou en WiFi intégré. Le WiFi était très facile à configurer, mais n’est accessible que via FlashPrint.

Assemblage de la FlashForge Artemis

(Crédit image : matériel de Tom)

Le FlashForge Artemis est livré entièrement assemblé et n’a besoin d’être déballé. Clipsez simplement les attaches zippées assorties qui maintiennent la tête de l’outil en place et insérez le porte-bobine.

Nivellement de la FlashForge Artemis

(Crédit image : matériel de Tom)

Le FlashForge Artemis a assisté le nivellement manuel en 3 points, un pas en avant par rapport au nivellement entièrement automatique du lit sur des concurrents moins chers tels que l’Elegoo Neptune 3 Pro. Il déplace la tête d’impression sur trois points de mise à niveau – un à l’arrière et deux à l’avant. L’écran du menu vous guide tout au long du processus avec des instructions très claires.

Vous aurez besoin d’un morceau de papier ordinaire placé sur le lit de verre. Cliquez sur Contrôle → Niveau pour démarrer le programme. Il commencera par un seul point arrière, où vous déplacerez la buse vers le haut ou vers le bas avec les commandes de l’écran. Abaissez la buse jusqu’à ce qu’il y ait un tout petit frottement entre elle et le papier lorsque vous la faites glisser. Cela définit la hauteur z. Les deux points suivants sont situés dans les coins avant. Ici, vous ajusterez le lit vers le haut ou vers le bas à l’aide des boutons jusqu’à ce que le glissement du papier rencontre une résistance.

Lire aussi  Cooler Master dévoile le boîtier Raspberry Pi avec des améliorations imprimables en 3D

Chargement du filament sur la FlashForge Artemis

Le porte-bobine est monté à l’arrière de l’imprimante, ce qui rend le chargement du filament quelque peu gênant. Heureusement, il est très facile d’introduire un filament ordinaire dans le hotend sur l’Artemis. La machine a un Bowden inversé, ce qui signifie qu’un tube est utilisé pour guider le filament du porte-bobine, sur le dessus de la machine jusqu’à l’entraînement direct.

Le tube Bowden s’adapte parfaitement à la tête de l’outil et il n’y a pas de leviers. Le filament est poussé à travers le tube depuis la bobine et s’arrête lorsqu’il rencontre une résistance. Appuyez sur « Charger le filament » sur l’écran tactile. Il réchauffera le hotend à 200 degrés et alimentera automatiquement le filament.

Préparation des fichiers/logiciels pour FlashForge Artemis

(Crédit image : matériel de Tom)

Le Flashforge Artemis est venu avec son propre trancheur FlashPrint, qui est réglé spécialement pour l’Artemis. Il s’agit d’un trancheur complet à égalité avec Cura, avec un mode de base pour un découpage rapide et un mode expert pour ceux qui veulent un contrôle granulaire. Il a également la possibilité de se connecter à la machine via WiFi pour vous éviter les tracas liés à la clé USB.

Si vous souhaitez utiliser Cura ou PrusaSlicer, vous devrez créer vos propres profils à partir de zéro. Pour cet examen, je suis resté avec FlashPrint afin de pouvoir profiter du transfert de fichiers WiFi.

Impression sur la FlashForge Artemis

Le FlashForge Artemis est livré avec deux rouleaux complets de FlashForge PLA, un blanc et un noir. Si vous voulez des matériaux plus excitants comme les soies et les filaments multicolores, vous devriez consulter notre guide des meilleurs filaments pour l’impression 3D pour des suggestions.

L’Artemis est également livré avec deux options de plaque de construction, ce qui est inhabituel. Une plaque de verre revêtue est installée en usine, tandis qu’une plaque flexible PEI et un aimant sont inclus. Malheureusement, une fois que vous passez à la plaque flexible, vous ne pouvez plus revenir en arrière – les clips sont maintenus en place avec des vis difficiles d’accès et n’ont pas assez d’espace pour tenir à la fois le verre et l’aimant. Pour cette raison, j’ai exécuté plusieurs tirages sur le lit de verre avant de passer à la plaque PEI.

La première impression que j’ai exécutée était le Cali-Dragon de McGybeer dans le PLA noir fourni. J’ai utilisé la plaque de construction en verre déjà installée et elle s’est détachée, produisant un effet de garniture fouettée stupide sur la tête. Pour le deuxième essai, j’ai ajouté de la colle – comme recommandé dans le manuel – et elle a tenu fermement et a été imprimée magnifiquement avec des côtés lisses et des bois propres. Il a également fallu un ciseau pour l’enlever. Cette impression utilisait les paramètres par défaut de FlashPrint, avec une hauteur de couche de 0,18 mm et 50 mm/s, prenant 46 minutes.

McGybeer’s Cali-Dragon (Crédit image : matériel de Tom)

Ensuite, je voulais imprimer quelque chose d’impressionnant, alors j’ai sorti Moon City 2.0 de Kijai, une version améliorée et plus détaillée d’une impression classique. Les résultats étaient époustouflants avec des détails nets, des tourelles pointues, pas de cordes et une paroi intérieure de la planète lisse. Celui-ci a été imprimé en PLA en titane brûlé de FlashForge (s’ouvre dans un nouvel onglet)et avec une hauteur de couche de 0,2 mm, il a fallu 16 heures et 9 minutes pour imprimer.

Lire aussi  Comment faire un selfie imprimé en 3D avec votre téléphone

Kijai’s Lune Ville 2.0 (Crédit image : matériel de Tom)

Avant de tester le PETG, j’ai décidé d’installer la plaque flexible PEI texturée. Ensuite, il a fallu coller un aimant sur le lit chauffant en aluminium et jeter la plaque de verre. La plaque PEI fonctionne mieux pour le PETG et n’a pas besoin d’une barrière de bâton de colle pour l’empêcher d’adhérer de façon permanente au verre.

PETG a parfaitement fonctionné sur l’Artemis, comme on le voit sur ce Fred la grenouille empilé. Imprimé en PETG vert translucide intérieur (s’ouvre dans un nouvel onglet) en 3 heures et 54 minutes avec une hauteur de couche de 0,2 mm avec une vitesse standard de 50 mm/s.

La variante Fred la grenouille de HedgehogMind. (Crédit image : matériel de Tom)

Le TPU était un buste car je n’ai pas pu le charger. Le système d’alimentation n’a pas pu saisir le filament, et comme le point d’entrée est profondément à l’intérieur de l’outil enveloppé, je ne pouvais pas non plus le pousser.

Conclusion

(Crédit image : matériel de Tom)

La FlashForge Artemis est une bonne machine offrant une expérience plug and play destinée aux débutants et aux makers qui ne veulent pas bricoler leur imprimante, notamment dans le cadre de la configuration. Il a exceptionnellement bien géré le filament ordinaire, mais la tête d’outil «facile à charger» ne pouvait pas saisir le TPU.

La machine est livrée avec un pack de démarrage très généreux, comprenant deux rouleaux de filament PLA et une mise à niveau de la plaque de construction. Le WiFi intégré est un régal, surtout avec le coût d’ajout d’un Raspberry Pi aux imprimantes pour le moment.

À 499 $, le FlashForge Artemis est cher, mais un choix solide si vous voulez une expérience purement plug and play pour commencer votre voyage dans l’impression 3D. Cependant, si vous souhaitez économiser un peu d’argent tout en gagnant plus d’espace de construction et de mise à niveau automatique du lit, nous vous suggérons l’Elegoo Neptune 3 Pro, actuellement en vente au prix de 230 $. Une autre excellente imprimante de démarrage que vous pouvez ranger dans le placard est la très portable Creality Ender 2 Pro, au prix de 169 $.

SUITE: Meilleures imprimantes 3D

SUITE: Meilleures imprimantes 3D en résine

SUITE: Meilleurs filaments pour l’impression 3D

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *